Étudier le vocabulaire d'un texte, c'est d’abord s'arrêter sur certains mots et les analyser. C’est aussi regrouper les mots du texte en séries appartenant à un même thème, ou à une même signification : les réseaux lexicaux. On met ainsi en évidence la cohésion du texte et les préoccupations de l’auteur. 

L’IMPORTANCE DES RÉPÉTITIONS DE MOTS 

La répétition est à interpréter, non seulement pour comprendre l'importance du mot, mais aussi pour analyser le champ sémantique de ce mot, c'est-à-dire les différents sens qu'il prend successivement. On peut ainsi découvrir des évolutions intéressantes. Exemple : « Le ciel et la terre » (ligne 23) sont des éléments naturels. Mais le ton est reli­gieux dans le dernier paragraphe (ligne 41), le ciel devient alors le lieu de Dieu et la terre le lieu des mortels.

QU'EST-CE QU'UN CHAMP LEXICAL?

On appelle  champ lexical (ou réseau lexical) l'ensemble des mots qui désignent des réalités ou des idées appartenant au même thème (le champ lexical) auquel s'ajoutent tous les mots qui, à cause du contexte et de certains aspects de leur signification, évoquent aussi le thème. Les mots d'un champ lexical peuvent appartenir à différentes classes grammaticales. Le champ lexical dominant renseigne sur le thème du texte.

Champ lexical de la maladie : affection, mal, indisposition, pathologie, médecin, aide-soignant, symptôme,  diagnostique, traitement,  soins, infection,  hôpital, etc.

EXEMPLES DE THÈMES ET DE CHAMPS LEXICAUX

 

DOMAINES

CHAMPS LEXICAUX

Les quatre éléments : eau, feu, terre, air

 

 Les quatre champs lexicaux possibles correspondent aux quatre   éléments. Un ou plusieurs d'entre eux peuvent être évoqués avec   insistance et sous de multiples formes.

Les cinq sens : vue, ouïe, toucher, odorat, goût

  Il est fréquent que, dans une description, un des cinq sens prenne   plus d'importance que les autres. 

Le déplacement : mouvements et immobilité

 

  Un récit peut décrire une action plus ou moins mouvementée ; une   description peut être statique. Selon le cas c'est le réseau lexical du    mouvement ou celui de l'immobilité qui l'emporte. 

L'appréciation : le positif ou le négatif

 Un texte peut être parcouru de termes indiquant manques et     défauts,  ou au contraire insister sur les connotations positives.

 

L'étude des réseaux lexicaux révèle des thèmes d'un texte. Si aucun thème n'apparaît au premier abord, et à condition de ne pas utiliser systématiquement la même grille, on peut effectuer des recherches dans les domaines ci-dessus.

LA COMBINAISON DES CHAMPS LEXICAUX

1. Les types de combinaisons possibles

Plusieurs champs lexicaux s'associent généralement dans un texte : les différents thèmes s'éclairent mutuellement et donnent ainsi au texte toute sa richesse.

  • La succession de plusieurs champs lexicaux donne des infor­mations sur la structure du texte, l'évolution d'un personnage ou d'une situation.
  • L'association de champs lexicaux rapproche, par un jeu sur les images, deux réalités distinctes et crée un nouvel univers.
  • L'opposition entre plusieurs champs lexicaux crée un effet de contraste (parfois poétique) ou souligne une tension au cœur du texte.

2. Un exemple d'analyse de champs lexicaux

Le poème en prose ci-dessous reprend un thème banal de la poésie : les fleurs. Deux champs lexicaux dominants en opposition apparaissent dès la première lecture : l'architecture et l'ornementation d'une part, la nature d'autre part.

 

Fleurs

"D'un gradin d’or, - parmi les cordons de soie, les gazes grises, les velours verts et les disques de cristal qui noircissent comme du bronze au soleil, - je vois la digitale s’ouvrir sur un tapis de filigranes d’argent, d’yeux et de chevelures.

Des pièces d’or jaune semées sur l’agate, des piliers d’acajou supportant un dôme d’émeraudes, des bouquets de satin blanc et de fines verges de rubis entourent la rose d’eau.

Tels qu’un dieu aux énormes yeux bleus et aux formes de neige, la mer et le ciel attirent aux terrasses de marbre la foule des jeunes et fortes roses."

Rimbaud, Illuminations.

 

L'analyse de la combinaison de ces champs lexicaux révèle l'originalité du poème: Rimbaud ne propose pas une simple description de fleurs, ni la vision d'un théâtre, mais la création d'un monde nouveau combinant divers aspects : jaillissement naturel et esthétique plein de couleurs, caractère immuable et éternel de la fleur et référence au théâtre. La fleur est pour Rimbaud un élément féerique de beauté, de vie et d'éternité.

Cette analyse peut vous aider à établir un rapprochement avec les premiers vers de « Correspondances » de Baudelaire, où l'on trouve des mots de champs lexicaux identiques : « La nature est un temple où de vivants piliers / Laissent parfois sortir de confuses paroles ».

L'INTERPRÉTATION DES CHAMPS LEXICAUX

Le repérage d'un champ lexical est lui-même un renseignement : il signale ce à quoi l'auteur donne le plus d'importance. Si le réseau est particulièrement fort, il peut parcourir tout le texte et en former le thème principal. Mais le passage d’un réseau à un autre est aussi très fréquent : il est le signe d'une progression qu'il faut alors expliquer. Et si plusieurs réseaux sont concomittants, leur comparaison révèle les associations mentales de l'auteur.

EXERCICES: RECONNAÎTRE LES CHAMPS LEXICAUX 

Exercice 1 : reconnaître un champ lexical

Les trois séries suivantes évoquent chacune un thème, lequel ? Elles comportent chacune un intrus, trouvez-le.

  • Puits ; crevasse ; plonger ; gouffre ; des­cendre ; caverne ; abîme ; chute ; dévaler.
  • Printemps ; nid ; nourriture ; naissance ; aube ; début ; berceau ; commencement.
  • Compact ; foule ; dense ; successif ; serré ; nombreux ; multitude ; entasser.

Exercice 2 : le lexique de la mort

Ce court extrait décrit la présence de la mort. Relevez tous les termes qui l'évoquent direc­tement ou non. Comment s'organise leur répartition ?

« Des pierres plates étaient clairsemées entre des caveaux en ruine. On trébuchait sur des osse­ments de morts ; de place en place, des croix vermou­lues se penchaient d’un air lamentable. Mais des formes remuèrent dans l’ombre indécise des tombeaux ; et il en surgit des hyènes, tout effarées, pantelantes. »

Flaubert, La Légende de saint Julien l’Hospitalier

Exercice 3 : le champ lexical de la couleur

Relevez tout ce qui suggère le rouge et les couleurs voisines du rouge. Quelle impres­sion cela donne-t-il ?

« La chambre était tendue de satin rose bro­ché de ramages cramoisis, les rideaux tom­baient amplement des fenêtres, cassant sur un tapis à fleurs de pourpre leurs grands plis de velours grenat. Aux murs étaient appendus des sanguines de Boucher et des plats ronds en cuivre fleuronnés et niellés par un artiste de la Renaissance.

Le divan, les fauteuils, les chaises, étaient couverts d’étoffe pareille aux tentures, avec crépines incarnates, et sur la cheminée que surmontait une glace sans tain, découvrant un ciel d’automne tout empourpré par un soleil couchant et des forêts aux feuillages lie-de-vin, s’épanouissait, dans une vaste jardinière, un énorme bouquet d’azalées carminées, de sauges, de digitales et d’amarantes. »

Huysmans, A rebours , 1884

EXercice 4 : Nature et sensations

a- Relevez les champs lexicaux en étudiant les deux domaines de la nature, et les deux domaines sensoriels dont il est question. Comment sont-ils répartis dans le texte ?   

b- Rédigez un paragraphe expliquant claire­ment comment la description est organisée dans cet extrait

« Les souvenirs affluaient par longues vagues : toutes les odeurs des bois, l’âcreté du terrain mouillé sur quoi fer­mentent les feuilles mortes, les effluves légers des résines, l’arôme farineux d’un champignon écrasé en passant ; tous les murmures, tous les froissements, toutes les envolées dans les branches, les fracas d’ailes traversant les futaies, les essors au ras des sillons ; et tous les cris des crépuscules, la crécelle rouillée des coqs-faisans, les rappels croisés des perdrix, les piaulements courts des tourterelles, et déjà, dans la nuit commen­çante, ce grincement qui approche et passe à frôler votre tête avec le vol de la première chevêche en chasse. »

Maurice Genevoix, Raboliot, 1925. Éd. Grasset

Exercice 5 : retrouver des champs lexicaux combinés

Le poème suivant décrit une eau-forte. Essayez d'y repérer le plus grand nombre possible de champs lexicaux.

Qu'en déduire sur la vision présentée par ce poème ?

Effet de nuit

« La nuit, la pluie. Un ciel blafard que déchiquette

De flèches et de tours à jour la silhouette

D’une ville gothique éteinte au lointain gris.

La Plaine. Un gibet plein de pendus rabougris

Secoués par le bec avide des corneilles

Et dansant dans l’air noir des gigues nonpareilles.

Tandis que leurs pieds sont la pâture des loups.

Quelques buissons d’épines épars, et quelques houx

Dressant l’horreur de leur feuillage à droite, à gauche,

Sur le fuligineux fouillis d’un fond d’ébauche.

Et puis, autour de trois livides prisonniers

Qui vont pieds nus, un gros de hauts pertuisaniers

En marche, et leurs fers droits, comme des fers de herse,

Luisent à contre-sens des lances de l’averse. »

Paul Verlaine, Poèmes saturniens, 1866

 

Articles liés aux "champs lexicaux"

Les figures de style : définition, exemples et exercices

La focalisation zéro, interne et externe : définition et exemples

Comparaison et métaphore : définition, exemples et exercices

Le ton d'un texte : définition, exemples et exercices

Récit et discours : caractéristiques, exemples et exercices

Les registres de langue : définition, exemples et exercices

Dénotation et connotation : définition, exemples et exercices

 

 Pour aller plus loin: 

 

     

 


Newsletter Interlettre

Inscrivez-vous à la newsletter Interlettre et soyez informé des dernières publications du site