A toute vitesse : pourquoi vivons-nous dans l'urgence ?

Vivre vite et avec intensité fascine car c’est un moyen de dépasser les limites, de ressentir une sorte d’ivresse. A l’inverse, la lenteur est mal vue, même si elle a des vertus que n’a pas la vitesse.

Dans plusieurs domaines, tout s’accélère, nous sommes de plus en plus dans l’urgence, sans prendre le temps de la réflexion. Le progrès a sa part de responsabilité dans cette situation.

Dans le milieu professionnel, l’homme est soumis au rendement, à la productivité. Parfois, il se sent dépassé à force de courir après le temps. Il a l’impression d’en manquer.

A toute vitesse, un mode de vie stressant et dangereux 

Dès l’enfance, la vitesse fascine (Cars), a un aspect magique. Ceci se poursuit et s’accentue à l’âge adulte. Les hommes ont d’abord été fascinés par les trains qui pouvaient atteindre 120 km/h en 1842, puis par les premiers TGV et bientôt par l’hyperloop. Cette fascination est aussi valable pour les voitures de plus en plus rapides et perfectionnées. Pour Roland Barthes, elle est un objet symbole de la France d’après-guerre. La vitesse des voitures devient une obsession. Les ajouts sont légion dans Fast and Furious, film de Rob cohen, que ce soit l’essence, les pièces de moteur ou l’électronique. Les mécaniciens les rendent plus performantes, plus légères. La conduite est tout aussi importante dans Fast and Furious et Cars. La vitesse permet de se sentir vivant, d’aller au delà de sa souffrance, de sa fatigue, prouver que l’on est un homme.

Seulement, à force d’être soumis à la vitesse, au stress, on n’en peut plus, on est à bout de souffle. Alors, il faut impérativement prendre du recul, de sortir la tête du guidon, il faut changer son rythme de vie, prendre le temps de vivre, d’apprécier le paysage, de promener, de rêver pour être bien, pour s’épanouir. Si dans la vie, on est toujours soumis à l’urgence, alors nous ne sommes que dans la réaction et non dans l’action. De plus, certaines choses ne peuvent être réalisées dans l’urgence sous peine d’être bâclées : une enquête judiciaire par exemple nécessite du temps.  

Vitesse et représentation 

En littérature, pour Nerval, la vitesse se ressent, se voit et s’entend. Même chose pour Vigny, elle est décrite par un enchaînement effrayant de sensations. En musique, on peut recréer l’impression d’accélération, de pleine vitesse par la mélodie, le rythme, le tempo, voire le flow. En photographie, par la juxtaposition d’images, par la chronophotographie, parle panorama puis le film, on rend compte de la vitesse du mouvement. En peinture, la vitesse est d’abord un instantané, puis une impression due au flou comme si l’œil ne pouvait tout saisir du paysage hormis cette locomotive qui fonce sur nous avec Turner pour devenir agressive sous le pinceau de Russolo.

On se rend compte avec l’article « Vues du train » que la vitesse est à l’origine de l’évolution dans le monde des arts, et des mouvements artistiques tels que : l’impressionnisme et le futurisme.

Articles liés au thème "A toute vitesse"

De la musique avant toute chose? Thème de culture générale et expression BTS 2021-2022

Méthode synthèse de documents et écriture personnelle

Culture générale et expression

Ces objets qui nous envahissent : synthèse de textes BTS

 

Ouvrages sur le thème "A toute vitesse" 

 

 


Newsletter Interlettre

Inscrivez-vous à la newsletter Interlettre et soyez informé des dernières publications du site