I-  Définition du film de science-fiction : 

Expression des espoirs et des inquiétudes de l’homme moderne face à la science et à l’ave­nir, la science-fiction ne constitue pas un genre cinématographique homogène. Son importante pro­duction se caractérise par des thèmes très divers tels que le voyage dans l’espace et dans le temps, la vie extraterrestre, la guerre des mondes, la muta­tion des espèces et le devenir de l’humanité.

1- De l’artisanat à l’industrie

  • En 1902, Georges Méliès (1861-1938) réalise Le Voyage dans la Lune, inspiré librement d’un roman de Jules Verne. Il donne libre cours à sa fantaisie et combine des effets empruntés au théâtre (machineries, maquettes) et des trucages cinématographiques qu’il découvre parfois par hasard : arrêt de la caméra, surimpression de plu­sieurs scènes filmées.
  • Dans les premières scènes de Superman, réali­sées entre 1953 et 1957 pour la télévision améri­caine d’après une bande dessinée, les trucages sont encore rudimentaires. De nombreuses scènes sont tournées en studio et les acteurs sont simplement suspendus par des harnais devant un écran bleu, ce qui permet d’incruster des vues de New York.
  • En 1968, le film de Stanley Kubrick, 2001, Odyssée de l’espace, constitue une étape dans l’évolution du genre, par le soin apporté au scé­nario et l’avancée technologique des moyens mis en œuvre. Réalisé avec l’aide de concepteurs de la NASA, le film a nécessité quatre années de tour­nage et des moyens industriels.
  • À partir des années 80, l’ordinateur permet de réaliser des effets spéciaux de plus en plus com­plexes et spectaculaires.

2- Le reflet d’une société en crise

  • Au début du siècle, la science apparaissait por­teuse d’espoirs et de progrès. Cette attente s’in­verse après le bombardement de Hiroshima en 1945. La peur du nucléaire s’exprime à travers l’évocation des mutations génétiques provoquées par l’atome ou celle des conditions de survie des rares rescapés d’un conflit (L’Homme qui rétré­cit, Jack Arnold, 1957 ; Le Dernier Rivage, Stan­ley Kramer, 1959).
  • Dans la période contemporaine, l’opposition de la technologie et des pulsions primitives se traduit par le mythe des « Aliens », créatures mons­trueuses qui colonisent et détruisent le corps des humains (Alien, Ridley Scott, 1979; Alien, le retour, James Cameron, 1986). Parallèlement, le fantasme d’une société future composée de nou­veaux barbares se développe dans la série des Mad Max (Mad Max 2, George Miller, 1981).

3- La science-fiction: une évasion par l’imaginaire

Les grandes sagas galactiques comme La Guerre des étoiles (Georges Lucas, 1977) combinent heureusement des influences venues de la bande dessinée, des contes de fées et des romans de science-fiction du milieu du siècle. Le dépaysement du spectateur tient à l’univers légendaire du récit et à l’invention visuelle servie par la technique.

4- Un exemple de film de science-fiction: Le Cinquième Élément

En 1997, le réalisateur français Luc Besson obtient un budget colossal pour tourner aux Etats-Unis un film produit par la Gaumont, Le Cinquième Élément. L’histoire est assez simple. Une entité inconnue va anéantir toute vie sur terre, à moins que Korben Dallas, chauffeur de taxi d’un New York futuriste, ne parvienne à rassembler les cinq éléments dont l’harmonie sauvera l’humanité. Le cinquième élément est une jeune femme, Leeloo, aussi sensible que physiquement parfaite... Pour dessiner l’univers du film, le réalisateur a réuni une équipe artistique composée d’auteurs de bande dessinée comme Claude Mézières et Moebius, d’illustrateurs professionnels de cinéma et de jeunes dessinateurs. Le film associe scènes réelles tournées par des comédiens et images de synthèse. Il constitue une symphonie d’effets spéciaux et un dépaysement visuel.

II- Analyse de deux images de films de science-fiction 

 

le film de science fiction 1

1

le film de science fiction 22

1- Etude des images: 

  • Images 1 et 2

Quel est le type de vue choisi dans chacun des cas ? Quelle est la fonction respective de chaque dessin ? Appartiennent- ils au même univers? Pourquoi ? Justifiez votre réponse.

  • Image 1

Relevez dans ce dessin au moins un élément d’ordre réa­liste et un élément correspondant à une transposition futuriste relevant de l’anticipation et de la science-fiction.

  • Image 3 

Quel effet provoque ce personnage? En quoi est-il humain et non humain ? Que suggèrent la couleur dominante, la direc­tion du regard ? Quels éléments vitaux complémentaires et opposés ce personnage semble-t-il réunir? Quelle fonction peut-il avoir dans le récit ?

2- Des images au texte: 

1 Korben Dallas arrive dans son appartement représenté dans l’image 1. Il a invité à déjeuner Leeloo, jolie jeune fille qu’il vient de rencontrer. Il se livre à quelques préparatifs avant son arrivée. Racontez.

2. Leeloo et Korben Dallas déjeunent dans l’appartement de ce dernier. Leeloo parle une langue étrange inventée par Luc Besson et dont nous vous communiquons quelques exemples. Évoquez la scène.

  • « loungalino » : partir.
  • « achan chinon » : aimer.
  • « azazo » : manger.
  • « dilin-dilin » : sonnette.
  • « tuna » : maison.

Voir aussi : 

Drames, tragédies, films catastrophes : étude des caractéristiques du genre

Le film d\'aventure : définition, caractéristiques et exercices

Le western : définition, analyse et exercices

Le film policier : définition, analyse et exercices
 


Newsletter Interlettre

Inscrivez-vous à la newsletter Interlettre et soyez informé des dernières publications du site