Il existe en France plus de cent grandes écoles de commerce et de ges­tion accessibles à différents niveaux : après le bac, après une classe pré­paratoire ou en admission parallèle avec une formation de niveau bac+2, bac+3 ou bac+4. Caractérisées par une grande hétérogénéité des formations dispensées, des diplômes préparés et des étudiants qu’elles attirent, les écoles de commerce et de gestion enseignent les bases du commerce et du management.

I- QU’EST-CE QU’UNE GRANDE ÉCOLE DE COMMERCE ET DE GESTION?

Une grande école de commerce et de gestion est un établissement d’en­seignement supérieur professionnel sélectif qui conduit à un diplôme de niveau bac+4/5 et aux métiers de la gestion, du commerce et du manage­ment. Ce sont en grande majorité des établissements privés (ou consu­laires pour ceux qui sont rattachés à une chambre de commerce et d’in­dustrie). Elles assurent donc un enseignement payant et délivrent chacune leur propre diplôme. En l’absence d’une reconnaissance commune de leur formation, les grandes écoles de commerce peuvent, via la commission d’évaluation des formations et diplômes de gestion, demander que le ministère de l’Éducation nationale accorde un visa à leur diplôme et le grade de master pour celles assurant un cursus de niveau bac+5.

Les débouchés après une école de commerce

Au sein de grandes entreprises ou en PME/PMI, vous serez préparé à devenir cadre dans de nombreuses fonctions : audit, commerce, conseil, contrôle de gestion, expertise comptable, gestion commerciale, gestion des ressources humaines, gestion financière, management inter­national, marketing, publicité, vente, etc..

La formation au sein des écoles

Programme. Toutes les écoles fonctionnent selon un schéma très sem­blable. En tant qu’établissements d’enseignement professionnalisé, elles dispensent une formation composée d’enseignements généraux (droit,
finance, gestion, marketing, langues, etc.) et d’enseignements profession­nels, avec une forte dimension internationale. Le séjour d’études ou le stage à l’étranger sont généralisés. En outre, on n’oublie pas dans ces écoles de doter les élèves de compétences transversales correspondant aux attentes actuelles des employeurs, telles que la capacité d’initiative, la créativité, l’aptitude à la communication, au travail en équipe, etc. (voir le témoignage cité en page précédente).

L'évaluation

Vous devez vous attendre à des horaires chargés, composés d’enseignements dispensés dans le cadre de l’école et de mises en situa­tions réelles en entreprises. En règle générale, l’assiduité aux cours est obligatoire.Vous aurez des évaluations fréquentes : le contrôle continu est le modèle d’évaluation dominant. Le passage en classe supérieure se décide en fonction de vos résultats obtenus tout au long de l’année. Le diplôme final peut être décerné de la même façon, ou sur la base d’un examen organisé localement (dont les résultats viennent alors s’ajouter aux résultats obtenus tout au long de la scolarité).

II- CHOISIR UNE ÉCOLE DE COMMERCE

Il est possible d’entrer dans une école de commerce deux ans après le bac (après une classe prépa ou en admission parallèle) ou dans la foulée du bac.

1- Intégrer une école près le bac

Près de 70 écoles de commerce recrutent directement après le bac pour quatre ou cinq ans. Elles accueillent un plus fort pourcentage de bacheliers ES que les écoles de commerce sur prépas. Leurs avantages : elles vous per­mettent d’éviter les deux années de prépas ainsi que les affectations dans les écoles en fonction des résultats aux concours communs, les promotions sont à taille plus humaines et vous abordez tout de suite après le bac un cursus concret. Entrer dans une grande école dans la foulée du bac suppose que les candidats aient un projet professionnel clair dès leur année de terminale (nous vous rappelons qu’il y aura inévitablement un entretien de motivation au cours duquel cette question sera abordée), et qu’ils soient en mesure de se préparer à un ou plusieurs concours de ce type tout en suivant les cours de leur classe terminale et en préparant leur bac. A ce niveau de recrutement, le concours commun n’est pas systéma­tique, de nombreuses écoles recrutant en solo. Parmi les concours, il existe encore une hiérarchie entre les deux plus anciens, Sésame et Accès, et les trois plus récents : Pass, Prism et Team.

Sésame. Sept écoles, qui forment leurs étudiants en quatre ans aux affaires internationales, ont regroupé leurs admissions au sein d’une banque d’épreuves baptisée Sésame. Ces écoles sont le CESEM (Centre d’études supérieures européennes de management) de Reims, le CESEM Méditerranée, l’EBP-France (European Business Program) de Bordeaux, l’EPSCI (Ecole de management international) de Cergy-Pontoise (groupe ESSEC), l’ESCE (Ecole supérieure du commerce extérieur) de Paris et Lyon, l’IFI (Institut de formation internationale) de Rouen et Sup’Europe-CESEC (Centre d’études supérieures européennes) de Caen. >■ Pour en savoir plus : www.concours-sesame.net.

Accès. Il ne regroupe que trois écoles en cinq ans dont le diplôme est visé par le ministère de l’Education nationale : l’ESSCA (Ecole supérieure des sciences commerciales d’Angers et son homologue parisienne), l’IESEG (Institut d’économie scientifique et de gestion) de Lille et l’ESDES (Ecole supérieure de gestion et de management) de Lyon. Il y a quelques années, l’IPAG à Paris et Nice recrutait également via le concours Accès. Cette école propose, elle, un cursus en quatre ans. >- Pour en savoir plus : www.concours-acces.com.

Pass. Cinq écoles participent à ce concours : le MBA Institute, les ECE (groupe INSEEC) de Bordeaux et Lyon et les ESPEME (groupe EDHEC) de Lille et Nice. Pour en savoir plus : www.concours-pass.com.

Team (Test européen d’aptitude au management). Quatre écoles utilisent ce test : l’ICD à Paris et Nantes, l’ISAM à Amiens et l’ISTEC à Paris. 5» Pour en savoir plus : www.concours-team.net.

Prism (Passeport pour le réseau des ISEG sup management). Ce concours ne rassemble en fait que les ISEG au nombre de sept (à Bordeaux, Lille, Lyon, Nantes, Paris, Strasbourg et Toulouse). >- Pour en savoir plus : www.concours-prism.com.

2- Accéder à une école de commerce après une classe prépa

Les écoles qui recrutent après une classe préparatoire économique et commerciale le font presque toutes par le biais de deux banques d’épreuves : le concours CCIP (chambre de commerce et d’industrie de Paris) et le concours Ecricome (qui regroupe six établissements). Les épreuves de ces concours sont difficiles et leurs coefficients très élevés (en maths notamment).

BCE. Le concours BCE regroupe le plus grand nombre d’établisse­ments dont les plus prestigieux : HEC, l’ESSEC, l’ESCP-EAP, l’EM Lyon, l’EDHEC, Audencia Nantes, etc. Leurs épreuves sont difficiles (en maths notamment).Les 24 écoles supérieures de commerce (écoles supérieures de commerce) de province (à Amiens, Brest, Chambéry, Clermont-Ferrand, Dijon, Grenoble, La Rochelle, Le Havre-Caen, Lille, Montpellier, Nice (CERAM), Pau, Rennes, Saint-Etienne et Troyes, ainsi que l’ESCEM de Poitiers et de Tours) recrutent également via la banque CCIP, mais sans utiliser nécessairement toutes les épreuves. L’IECS Strasbourg et l’INT management d’Evry font égale­ment partie de la banque d’épreuves. Et quatre autres écoles l’utilisent comme banque de notes : l’INSEEC Paris et Bordeaux, l’ISCID et l’ISC. En 2005, il y eut 7237 inscrits, parmi lesquels 6154 (85 %) ont été affectés dans l’une de ces 28 écoles. >

Les grands chiffres du concours BCE 2017
  • 10556 candidats aux écoles membres
  • 2751 candidats boursiers (26.1 % du total des inscriptions)
  • 6425 places ouvertes
  • 81,7 % de classés**
  • En moyenne un candidat est classé** dans 3,60 écoles

 Pour en savoir plus : http://www.concours-bce.com/

ECRICOME. Bordeaux école de management, l’ESC Rouen, Euromed (ex- ESC Marseille), ICN école de management à Nancy, Sup de co Reims, l’ESC Toulouse  et d'autres écoles se sont regroupées dans la banque d’épreuves com­munes Ecricome. Les épreuves sont communes à tous les établissements mais affectés de coefficients différents. Deux écoles font partie du concours Ecricome post-prépa depuis 2017: il s'agit de Kedge BS et de Neoma BS. Le nombre de places qu'elles proposent en 2018 est respectivement 570 et 690.  

Ecricome est la seule banque d’épreuves proposant 5 concours accessibles à différents niveaux d’études :

  • ECRICOME BACHELOR : Après la terminale pour un programme bac+3 de KEDGE BS proposé sur 6 campus
  • ECRICOME PREPA : après une Classe Préparatoires aux Grandes Écoles (CPGE) option économique, scientifique et technologique pour intégrer le Master Grande École (ESC)
  • ECRICOME LITTÉRAIRES : après une classe préparatoire Littéraires option A/L, B/L ou ENS Lyon pour intégrer le Master Grande École (ESC)
  • ECRICOME TREMPLIN 1 : admissions parallèles après un bac+2 pour intégrer le Master Grande École (ESC)
  • ECRICOME TREMPLIN 2 : admissions parallèles après un bac+3/4 pour intégrer le Master Grande École (ESC)

Les écoles ECRICOME à la Conférence des Grandes Écoles : 
Cette institution ne regroupe qu’une trentaine d’écoles de management sur le territoire, toutes reconnues par L’État, délivrant un diplôme sanctionnant au moins cinq années d’études après le baccalauréat et conférant le grade de master. Appartenir à la CGE, c’est répondre aux exigences de sélectivité, de politique de recherche, d’échanges et de rayonnement international, d’excellence professoral et de suivi des futurs diplômé. « Le diplôme d’une grande école reste plus que jamais l’un des meilleurs moyens d’accéder à l’emploi. » selon la CGE.

Le concours Ecricome 2017 en quelques chiffres

7 603 candidats de CPGE en 2017 auxquels s’ajoutent les 504 candidats Littéraires soit 8 107 candidats.

Dans le détail, la hausse porte sur les trois filières EC (+4,4 %) qui augmentent respectivement de +2,4 % pour les scientifiques ; +2,6 % pour les économiques et +15,3 % pour les technologiques. Les étudiants littéraires sont quasiment stables (-13 candidats) avec une hausse des candidats issus de la filière A/L (+3 %) et B/L (+1,5 %).

La proportion des boursiers est assez stable sur les EC (+0,6 %) et en baisse sur les littéraires (-7 %). Les candidats sont principalement originaires géographiquement de la région île de France (30,79 %), de la région Auvergne Rhône-Alpes et Grand Est. Les étudiants étrangers représentent 7,2 % des candidats, principalement originaires du Maroc.

 

3- Les admissions parallèles

Le système des admissions parallèles consiste à recruter en cours de cursus des candidats non issus de prépa commerciale, titulaires d’un diplôme de niveau bac+2, d’une licence ou d’une maîtrise. Pour ceux qui passent par un DUT, un BTS ou un premier cycle universitaire avec l’espoir d’inté­grer ensuite une grande école à bac+2, le motif d’une telle stratégie est soit de contourner 1’« enfer des prépas », soit d’aller vers les grandes écoles par étapes, sachant qu’en cas d’échec aux concours on est au minimum porteur d’un diplôme de niveau bac+2.

Après un bac+2. Le concours est différent de celui proposé aux élèves sor­tant de prépa et la sélection y est moins forte. Les candidats sont sélec­tionnés sur dossier, tests de langue, entretien et/ou examen. Trois grands concours communs : Passerelle ESC (12 écoles et plus de 1000 places), Profils (cinq écoles) et Tremplin (les six écoles du réseau Ecricome).Une fois admis, vous entrerez en première année pour trois années d’études. Les spécialités de bac+2 les plus représentées sont orientées vers le com­mercera gestion ou les sciences économiques.

Après un bac+3 et plus. Toutes les écoles de commerce n’acceptent pas des bac+2 en première année. Si vous visez l’ESSEC ou l’ESCP-EAP, par exemple, il faut attendre d’avoir décroché la licence ou minimum pour postuler à l’entrée en deuxième année. Là encore, les admissions parallèles à ce niveau peuvent se dérouler selon des procédures propres ou via un concours commun. Les banques Passerelle, Profils et Tremplin organisent également des épreuves pour les bac+3/4. HEC, l’ESCP-EAP et quelques ESC de province recrutent aussi en commun.

 III- CLASSEMENT 2017 DES ÉCOLES DE COMMERCE 

Classement SIGEM des écoles de commerce

LE SIGEM (Système d’Intégration aux Grandes Écoles de Management), recueille chaque année des données  qui permettent d'établir un classement des écoles de commerce les plus attractives, en fonction du nombre de candidats aux concours.

Signalons que certaines écoles mettent en commun leurs épreuves avec d’autres grandes écoles. C’est le cas de Neoma et Kedge ; EM Strasbourg, Rennes School of Business et Montpellier BS ; ESC La Rochelle, Em Normandie, ISC, ESC Clermont, ESC Pau et ESC Troyes.

Voici le classement SIGEM 2017 des écoles de commerce: 

 
Rang École Nombre de candidats en 2017
1 Neoma 8 193
2 Kedge 8 193
3 Audencia 8 170
4 Grenoble école de management 7 754
5 EM Lyon 7 415
6 Toulouse BS 7 319
7 Skema 7 270
8 Edhec 7 253
9 ESCP Europe 6 088
10 EM Strasbourg 5 905
11 Rennes School of Business 5 905
12 Montpellier BS 5 905
13 ESSEC 5 701
14 HEC Paris 5 230
15 Télécom EM 3 308
16 BSB 3 252
17 ICN 3 150
18 ESC La Rochelle 3 007
19 Insee 2 786
20 EM Normandie 2 654
21 ISC 2 641
22 ESC Clermont 2 232
23 ESC Pau 2 203
24 ESC Troyes 2 155
25 ISG 1 878
26 Brest BS 1 550

 

Pour aller plus loin: 

 

 

Qui est en ligne ?

Nous avons 361 invités et aucun membre en ligne