I- Texte: Hernani, Acte III, scène 4, "Malheur à qui me touche", vers 973-1004

A l’acte III, Hernani, amoureux de dona Sol, qui l’aime aussi, lui explique qu’elle ne trouvera auprès de lui que malheur et déchéance. 

HERNANI.

Monts d’Aragon ! Galice ! Estramadoure !

Oh ! je porte malheur à tout ce qui m’entoure !

J’ai pris vos meilleurs fils ; pour mes droits, sans remords,

Je les ai fait combattre, et voilà qu’ils sont morts !

C’étaient les plus vaillants de la vaillante Espagne !

Ils sont morts ! ils sont tous tombés dans la montagne,

Tous sur le dos couchés, en justes, devant Dieu,

Et s’ils ouvraient les yeux, ils verraient le ciel bleu !

Voilà ce que je fais de tout ce qui m’épouse !

Est-ce une destinée à te rendre jalouse ?

Dona Sol, prends le duc, prends l’enfer, prends le roi !

C’est bien. Tout ce qui n’est pas moi vaut mieux que moi !

Je n’ai plus un ami qui de moi se souvienne,

Tout me quitte, il est temps qu’à la fin ton tour vienne,

Car je dois être seul. Fuis ma contagion.

Ne te fais pas d’aimer une religion !

Oh ! par pitié pour toi, fuis ! Tu me crois peut-être

Un homme comme sont tous les autres, un être

Intelligent, qui court droit au but qu’il rêva.

Détrompe-toi ! je suis une force qui va !

Agent aveugle et sourd de mystères funèbres !

Une âme de malheur faite avec des ténèbres !

Où vais-je ? je ne sais. Mais je me sens poussé D’un souffle impétueux, d’un destin insensé.

Je descends, je descends, et jamais ne m’arrête.

Si parfois, haletant, j’ose tourner la tête,

Une voix me dit : Marche ! et l’abîme et profond,

Et de flamme et de sang je le vois rouge au fond !

Cependant, à l’entour de ma course farouche,

Tout se brise, tout meurt. Malheur à qui me touche !

Oh ! fuis ! détourne-toi de mon chemin fatal.

Hélas ! sans le vouloir, je te ferais du mal !

 

 

II- Analyse et commentaire: 

Objectifs :

La tirade dans le drame romantique - récit - inter­pellation - auto-analyse - images du héros fatal, héros romantique.

1. Situation de communication et modalités d’écriture

■ Situation de communication
  • Locuteur . je. La première personne désigne Hernani qui parle de lui-même à des interlocuteurs différents.
  • Premiers interlocuteurs : les trois noms propres du vers 1, mis en apostrophe et repris dans le possessif vos du vers 3-
  • Deuxième interlocutrice : Dona Sol (v. 11), annon­cée par te (v. 10). La succession de verbes à l’impé­ratif (prends, v. 11; Fuis, v. 15 ; Ne te fais pas... v. 16, Détrompe-toi, v. 20 ; fuis, v. 31 ; détourne-toi, v. 31) souligne la présence de cette interlocutrice qu'Hernani cherche à convaincre. C’est à elle essen­tiellement que s’adresse la tirade.
  • Deuxième locuteur : Une voix, v. 27.
  • Nouvel interlocuteur : Hernani pris comme desti­nataire du message de la voix (Marche, v. 27).

Cette alternance attire l’attention sur l’état psy­chologique du héros, s’adressant à plusieurs inter­locuteurs successivement et imaginant la présence d’une force contraignante.

■ Plusieurs modalités d’écriture.
  • Interpellation (v. 1-2)
  • Récit/réminiscence (v. 2 à 8) illustrant l’affirmation du vers 2 (je porte malheur) : la mort des compa­gnons combattants.
  • Auto-analyse, auto-portrait accompagné de recom­mandations adressées à Doña Sol, insistance sur une situation (ce que je fais, v. 9 ; Je n’ai plus, v. 13 ; Tout me quitte, v. 14) : ce passage est une alternance de constats et de recommandations, les secondes s’inscrivant dans une relation de cause à effet avec les premiers.
  • Portrait rectificateur (v. 20 à 30) insistant sur la fata­lité du malheur, sur une situation non maîtrisée, sur l’impossibilité de lutter contre un destin de malheur.
  • Dernière recommandation (v. 31-32) visant à une séparation avec Doña Sol.

Structure alternée marquée par les changements rapides et brutaux de modalités d’écriture : inter­di pellations, constats, injonctions, évocation d’une j situation, au présent, présentée comme irréver- ! sible. Les temps et les modes verbaux font alterner, de la même façon, l’évocation du passé, la situation présente et la nécessité d’anticiper sur un avenir i tragique par une séparation immédiate. La démarche d’explication se veut logique, mais elle est rendue I passionnée par le trouble, le regret, le désespoir.

2- Un héros perturbé et passionné

  • Observation du rythme de la tirade : exclama­tions nombreuses associées à des énumérations, rup­tures créées par des ponctuations fortes (vers 3, 4, 6, 11,12,14,15,17,23,24,30). Ces différentes obser­vations conduisent à conclure à une certaine agita­tion, à une forte émotion, à un trouble affectif. Celui- ci est souligné par la présence de champs lexicaux et de récurrences de termes.
  • L’insistance sur la mort et la destruction : ils sont morts (reprise anaphorique des vers 4 et 6), ils sont tous tombés (v. 6), Tout se brise, tout meurt (v. 30). L’association Hernani/mort est soulignée par le champ lexical de la fatalité et du malheur . je porte malheur (v. 2), Tout me quitte (v. 14), je dois être seul (v. 15), contagion (v. 15), Agent aveugle et sourd (v. 21), âme de malheur (v. 22), funèbres (v. 21), ténèbres (v. 22), destin insensé (v. 24), Mal­heur à qui me touche (v. 30), chemin fatal (v. 31).

La présentation que le personnage fait de lui-même insiste sur un environnement de malheur, sur la sou­mission involontaire mais irrémédiable à un destin de mort, sur l’appartenance à un monde de fata­lité et de destruction.

 

 

3- Le rôle de la tirade

Adressée à plusieurs interlocuteurs mais aussi au per­sonnage lui-même, la tirade sert à traduire une expé­rience (récit), une introspection (auto-analyse et auto­portrait), des sentiments qu’il est nécessaire d’extérioriser (ici le désespoir devant un destin fatal), des recommandations (ici, une injonction de fuite à l’adresse de Doña Sol). La versification et la métrique mettent en relief les différentes modalités et traduisent, par la variété des rythmes et des effets, le trouble, la violence, la force des sentiments du personnage : phénomène d’écho et d’insistance des rimes, anaphores, diérèses (v. 15, 16), enjambements, ponctuation en relation ou non avec le rythme de l’alexandrin.

La tirade combine les modalités d’énonciation, la i ponctuation, la versification, le lexique, les temps | et les modes verbaux pour exprimer avec lyrisme J la violence désespérée d’une condition sociale 1 (celle d’un paria), analysée et acceptée parce I qu’inévitable.

4- Prolongements

Le héros romantique à travers le théâtre (Perdican, Cœlio, Hemani, Ruy Blas) et la récurrence de ses carac­téristiques : sentiment du malheur, destinée fatale, capacité d’introspection, aptitude au bonheur contre­carrée par les circonstances.

 

Articles liés à Hernani 

Hernani de Victor Hugo , Acte I, scène 1: analyse et commentaire

Hernani, Acte I, scène 2 : analyse et commentaire

Fiche sur Hernani de Victor Hugo : résumé et analyse

Fiche : le romantisme (Première moitié du XIXe siècle)

La bataille d'Hernani : explication d\'un texte de Théophile Gautier

Le drame romantique : Définition, caractéristiques et auteurs

La princesse de Montpensier de Mme de La Fayette : Résumé et analyse

 

Pour aller plus loin: 

 

 


Qui est en ligne ?

Nous avons 903 invités et aucun membre en ligne