Changer sa vie pour le mieux

TÉMOIGNAGE : JE VEUX CHANGER MA VIE

J’ai toujours été horriblement timide. Je sais que cela n'est pas unique au monde, mais cela peut vraiment gâcher la vie dans certaines circonstances. Par exemple, la dernière fois, j'étais à une soirée organisée par des amis, et j'ai fait tapisserie, comme d'habitude. Du coup, j'ai décidé de partir dans la bibliothèque des parents pour regarder leur collection de livres anciens, et je me suis posée, tranquille. À ce moment-là, la porte s'est ouverte, et je suis tombée nez à nez avec le frère de mon amie, Bastien, venu là pour répéter tranquillement son texte (il est aspirant comédien) en attendant une audition prévue le lendemain.

Bastien est, je dois le dire, l'archétype de l'homme qui me plaît et en plus il était célibataire à ce moment-là. Donc, imaginez ma tête quand je me suis retrouvée face à lui dans une pièce romantique bourrée de bouquins ! J'ai commencé à bafouiller, rougir, bafouiller de plus belle, transpirer, pour enfin essayer de m'esquiver en donnant une excuse absurde. Et évidemment, trente minutes plus tard, quand je suis revenue chercher ma veste oubliée, je l'ai retrouvé avec Aline, aux anges, en train de lui donner la réplique.

Tout cela pour dire que j'en ai marre d'être timide, mais je ne sais pas trop comment faire pour ne plus l'être. Je sais juste que j'aimerais ne plus rougir quand quelqu'un me parle, ne plus manger mes mots quand je sens qu'un mec me regarde, ne plus baisser la tête quand quelqu'un me crie dessus, etc. » Camille., 28 ans

LE PROBLÈME DU CHANGEMENT

Un des objectifs de la PNL est de faciliter le changement d'une personne en une « meilleure » personne, c’est-à-dire une personne ayant accès à des outils concrets facilitant notamment la connaissance d'elle-même, la connaissance des autres, et de là, la pleine actualisation de soi (c'est-à-dire le développement optimal de soi-même) et la création de relations satisfaisantes avec autrui.

Le changement est donc au cœur de la PNL. Mais ce sujet peut être abordé sous différents rapports, et les réponses seront différentes selon les questions posées. Si l'on veut « changer », on peut par exemple se demander : « Oui, mais- quoi ? » En effet, certaines personnes désireuses d'évoluer ne savent cependant pas exactement ce qui ne va pas. Ou plutôt elles savent ce qu'elles ne veulent pas, mais ne savent pas forcément ce qu'elles veulent être ou ce qu'elles souhaitent changer.

Une autre question peut être la suivante : « Puis-je changer ? » En effet, la plupart d'entre nous ont une vision très réduite de leurs talents et de leurs ressources, et ne veulent pas croire qu'ils sont capables de faire aussi bien, voire mieux que leurs voisins, dont ils sont pourtant un peu envieux .

Enfin, une dernière question peut être : « Comment opérer ce changement ? » Une question beaucoup plus pratique, qui demande par exemple de savoir se fixer des objectifs, et de tout faire pour les respecter.

QU'EST-CE QUE JE DOIS CHANGER AU JUSTE ?

La première chose à faire, donc, quand on veut changer, est de faire une sorte d'état des lieux sur la situation présente. Cela s'appelle, en PNL, faire le point sur l'« État Présent » (EP). Cela sert à obtenir des informations précises sur le problème à résoudre, dans un premier temps. D'ailleurs, notons que l' « État Présent » n'est pas forcément problématique. Il arrive ainsi que certaines personnes soient très heureuses, mais souhaitent acquérir de nouvelles compétences, pour mieux appréhender le futur par exemple. Cependant, en général, l' « État Présent » est en quelque sorte une compétence sous-développée qui implique des comportements limités dans la majorité de situations. Par exemple, imaginez que vous soyez timide et que c'est ce que vous voulez modifier. La timidité peut être considérée comme une compétence, l'extraversion, qui ne serait pas assez développée. De plus, elle implique dans beaucoup de situations des comportements limités (vous ne pouvez en « choisir» d'autres) : transpiration, rougissements. Ce qui engendre des occasions manquées (vous n'osez parler à cette personne qui vous plaît).

Interrogez-vous donc sur votre « État Présent», c'est -à­ dire principalement sur la chose que vous voulez changer, bien sûr, mais aussi sur les situations dans lesquelles cet « État Présent » vous pose problème, afin de pouvoir le décrire de la façon la plus précise possible.

FORMULER SON « ÉTAT DÉSIRÉ »

Une fois que l'on a bien analysé notre « État Présent » et les situations dans lesquelles il est gênant, il convient de s’interroger sur ce que l’on souhaite devenir en ayant intégré le changement souhaité, c’est-à-dire ce que l'on nomme l' « Étal Désiré ». Cet « État Désiré » peut d'ailleurs, contrairement aux apparences, être difficile à décrire. Par exemple, si une personne dit, comme Camille, qu'elle ne veut plus être timide, pour ne plus rougir, plus se laisser crier dessus, il y a de fortes chances pour qu'elle n'arrive pas à changer, tout simplement parce qu'elle ne formule pas un « État Désiré», mais plutôt un « État Non-Désiré » ! Il est important en effet de bien formuler ce que l'on souhaite, pour pouvoir savoir vers quoi on veut se diriger, et non pas ce que l'on veut éviter. Camille devra donc dire qu’elle veut être capable de parler normalement à Bastien, plutôt qu'elle ne veut plus rougir. Ensuite, l'« État Désiré» se définit également dans des circonstances précises, afin de vraiment pouvoir visualiser ce que l'on souhaite obtenir : imaginez la situation dans laquelle vous souhaitez opérer un changement, et interrogez-vous sur toutes les modalités de l'expérience « idéale ». Par exemple, si l'on reprend l'exemple de Camille, quelles seront les premières choses qu'elle verra, entendra,   sentira, pensera quand elle aura réussi à parler à Bastien ?



A RETENIR

Le changement, pas si simple !

Le changement est le thème favori et l'objectif premier de la PNL, car cette discipline encourage évidemment les gens à changer pour être plus heureux, plus accomplis, plus satisfaits de leurs compétences. Cependant, certaines personnes ne savent pas vraiment « par quel bout » prendre ce changement et il leur est alors utile de faire le point.

Faire l'état des lieux

Faire le point, cela signifie d'abord bien connaître ce que l'on souhaite changer, c'est-à-dire soi-même à l'instant présent. Quels sont les comportements précis qui me posent problème ? Dans quelles situations ai-je l'impression de les subir ? Qu'est-ce que je ressens à ces moments précis ? Y a- t- il des causes identifiables à mon souci ?

Imaginer son futur

Imaginer son futur, c'est essayer de se mettre dans la peau de la personne qui aura déjà changé. Cela signifie donc en avoir une idée précise, pouvoir la décrire précisément. Mais cela signifie surtout une chose : Il ne faut pas faire la liste de ce que l'on ne veut pas, mais de ce que l'on souhaite, et cela de la façon la plus précise possible.

Lire aussi :

La programmation neurolinguistique : définition et exemples

Estime de soi : s\'apprécier à sa juste valeur

Apprendre à dire non sans se justifier ni culpabiliser 

 

Pour aller plus loin: 

 

 


Qui est en ligne ?

Nous avons 981 invités et aucun membre en ligne