La presse est un « média », c’est-à-dire un support de diffusion de l’information, en concurrence avec la radio et la télévision. De nos jours, l’information est devenue un pro­duit de consommation et la presse écrite doit être rentable pour survivre.

I- Les fonctions de la presse

La presse doit à la fois informer, rendre des services, juger l’événement et détendre ses lec­teurs.

  • Fonction d’information

On achète un journal avant tout pour y apprendre quelque chose. Dans cette fonction, le journal subit la concurrence de la télévision et de la radio. L’information brute est four­nie à tous les médias par les dépêches d’agence avant d’être vérifiée et mise en forme.

  • Fonction de service

Le journal donne des renseignements pra­tiques : programmes de radio, de télévision, cours de la Bourse, résultats sportifs, pro­grammes des spectacles, météo, médecins de service, résultats d’examens, petites annonces, carnet, nécrologie... Dans cette fonction, le journal est irremplaçable.

  • Fonction de jugement

Le journal est un support indispensable à la vie démocratique : il explique l’événement, le commente. Par son esprit critique, il oriente l’opinion. Le lecteur choisit son journal en référence à ses propres jugements de valeur. Il attend une sélection des informations, une hiérarchisation et des commentaires. Quand elle dénonce des scandales ou lutte contre la désinformation, la presse est souvent appelée « le quatrième pouvoir».

  • Fonction de distraction

Le journal contient des rubriques de détente - dessins, photos, jeux, feuilletons, mots croi­sés... - car il doit être attrayant.

Les journalistes font également des efforts de concision, de clarté, de brio pour rendre la lecture agréable.

Enfin, la mise en page contribue aussi à accrocher le lecteur et à rendre sa lecture plus aisée.

II- Les différents genres journalistiques

On distingue différents genres d’articles selon leur objectif et leur mode d’écriture.

  • Les genres informatifs

La brève est la plus petite information pos­sible. Elle répond aux questions « qui ? », « quoi ? », « où ? », « quand ? », et éventuel­lement « comment ? » et « pourquoi ? ». Elle n’a pas de titre et ne comporte qu’un seul para­graphe.

L’article est le texte journalistique de base. De taille et de présentation variables, il trans­crit un événement, décrit les faits, les acteurs, et fait apparaître les causes et les conséquences des faits.

Le compte rendu est un article plus imper­sonnel qui retranscrit un débat, une confé­rence, une séance d’assemblée.

  • Les genres de commentaire

Le commentaire proprement dit accom­pagne une nouvelle, un dossier, une enquête, un reportage. Il donne une analyse et une interprétation de l’information. C’est un article toujours signé. La mention « com­mentaire » peut apparaître clairement en surtitre.

La critique est une sorte de commentaire dans le domaine des arts et de la culture. Le critique est un expert - en musique, cinéma, théâtre, littérature... - qui doit évaluer les dif­férents aspects positifs et négatifs d’un livre ou d’un spectacle pour éclairer le lecteur.

L’éditorial est un article qui prend position sur l’actualité en engageant la responsabilité morale du journal. Il peut dénoncer un fait ou une situation, en relation avec la ligne édi­toriale du journal. Il joue un rôle de défense de valeurs sociales et morales, d’éveil des consciences.

Le portrait évoque une personnalité connue ou non, à travers ses caractéristiques : bio­graphie, activités, projets, déclarations. Il peut être présenté sous des formes différentes : photo légendée, reportage, article, interview.

La tribune libre est une prise de position ou une réflexion qui, à la différence de l’édi­torial, n’engage pas la rédaction du journal. Elle est écrite par un auteur, connu ou non, extérieur au journal.

  • Les genres de divertissement

Le billet est un court article d’humeur sur un fait d’actualité, caractérisé par sa brièveté et sa chute inattendue, humoristique, para­doxale, impertinente.

Le courrier des lecteurs est souvent utilisé pour valoriser le journal. Les lettres publiées sont généralement les plus élogieuses. (Il arrive que le journal les écrive lui-même, à des fins publicitaires.)

  • Les genres dits « nobles »

Ils caractérisent des articles assez longs, qui exigent maîtrise et rigueur.

L’enquête fait le point sur une question, cherche à établir la vérité sur une situation, une personne, une question brûlante d’actua­lité. C’est une démonstration qui réunit une documentation importante, des contacts sur le terrain. Elle consiste en différents articles, écrits par plusieurs auteurs. Elle mêle des articles d’information et des articles de commentaire.

Le reportage est un témoignage direct mis en scène avec art. Le reporter se rend sur le terrain, donne du relief et de l’humanité aux faits en faisant part de ses sensations et de ses sentiments, en s’identifiant aux personnages. Son but est de faire le point sur une question en donnant une vision personnelle de l’infor­mation.

L’interview est un genre difficile, qui doit maintenir un suspens. Les meilleures inter­views sont des passes d’armes verbales, où le journaliste et l’interviewé font leurs preuves. L’interview doit aider la personne interrogée à se révéler, à dévoiler ce qu’elle n’avait pas obligatoirement envie de dire. Les informations recueillies sont recomposées et sélectionnées.

III- Bibliographie sur les fonctions et genres de la presse

Les reporters dans les bandes dessinées

  • P. Jacobs, Blake et Mortimer : La Marque jaune, Le Lombard, 1970.
  • Hergé, Tintin : Le Lotus Bleu, Casterman, 1946 et 1974.
  • Franquin et Jidéhem, série Gaston Lagaffe,
  • Morris, Fauche et Léturgie, Le Daily Star, série Lucky Luke,

Les journalistes en littérature

  • Gaston Leroux, Le Mystère de la chambre jaune ; Le Parfum de la Dame en noir ; Rouletabille chez le tzar (Rouletabille).
  • Pierre Souvestre et Marcel Al lain, Fantômas (Fandor).
  • Honoré de Balzac, Illusions perdues (II) ; Un grand homme de province à Paris.
  • Guy de Maupassant, Bel-Ami (Georges Duroy).
  • Jules Verne, Michel Strogoff (Alcide Jolivet et Harry Blount).
  • Horace Mac Coy, Un linceul n’a pas de poches, Gallimard, Série Noire.
  • Graham Greene, Un Américain bien tranquille.
  • Filmographie
  • Orson Welles, Citizen Kane,
  • René Clair, C’est arrivé demain,
  • Billy Wilder, Le Gouffre aux chimères,
  • Fritz Lang, L'Invraisemblable Vérité,
  • Elia Kazan, Un homme dans la foule,
  • Costa Gavras, Z, 1967.
  • Volker Schlôndorff, L’Honneur perdu de Katharina Blum,
  • Alan Pakula, Les Hommes du Président,

 


Qui est en ligne ?

Nous avons 776 invités et aucun membre en ligne