• Définition du texte explicatif: 

Le texte explicatif consiste à donner des informations organisées dans un domaine par­ticulier de la connaissance (biologie, géogra­phie, histoire, grammaire, littérature...), pour faire comprendre un fait, un phénomène, une situation.

Il est principalement présent dans les ouvrages scientifiques et techniques, les encyclopédies, les ouvrages de vulgarisation, les manuels scolaires, la presse.

Il peut aussi être inséré dans un récit, réel ou de fiction, littéraire ou non littéraire.

  • La situation de communication

L’explication suppose un échange entre deux partenaires différents par leur savoir :

  • quelqu’un qui demande une explication ;
  • quelqu’un qui donne l’explication parce qu’il possède un savoir sur le problème qui lui est posé.

Le savoir de celui qui explique est reconnu par l’autre. Ce « savant » doit être neutre et désintéressé pour accroître son autorité. Mais il doit éviter un ton autoritaire et pédant.

  • Les caractéristiques formelles

À la différence du texte argumentatif, le texte explicatif n’exprime pas une prise de posi­tion de l’émetteur. Il relève des savoirs, des connaissances, présentés de façon neutre.

Le texte explicatif ne comporte donc pas de marques d’énonciation : aucun indice de personne (pronoms personnels) n’indique la présence de l’émetteur et du récepteur dans l’énoncé.

Aucun jugement n’est porté sur les faits.

Le temps verbal le plus utilisé est le présent de l’indicatif.

Le vocabulaire employé peut être assez technique ou spécialisé. Il importe donc qu’un certain niveau de connaissances préalables soit partagé entre l’émetteur et le destinataire.

  • L’organisation du texte explicatif

La séquence explicative organise et hié­rarchise les informations.

La première étape de l’explication pose le problème à résoudre, parfois sous forme de question.

La deuxième étape est l’explication pro­prement dite. Elle établit des liens entre les élé­ments, selon trois types d’explication possibles : la définition ( « quoi ? ») ; la démonstration («comment?»); la justifica­tion (« pourquoi ? »).

La troisième étape est la conclusion : elle récapitule et synthétise l’ensemble.

  • Les procédés explicatifs

Les procédés explicatifs essentiels sont la définition du phénomène, la comparaison, la reformulation et le recours à l’exemple.

La présentation matérielle participe de l’explication : la disposition en paragraphes et le recours à différents procédés typogra­phiques (alinéas, numérotation...) facilitent la prise de notes.

     

     

  • La progression thématique dans une explication

L’information transmise au destinataire peut progresser selon différents modèles de progression.

1. La progression à thème constant

Thème 1 --------

---------- ► Propos 1

Thème 2 --------

---------- ► Propos 2

Thème 3 --------

---------- ► Propos 3

Exemple:

Vous déjeunerez à Orléans à 6 heures du matin. Vous dînerez à Vierzon à 3 ou 4 heures de l’après-midi. Vous en repartirez une heure après par une autre voiture qui est assez bonne et qui a aussi un coupé (lequel vous est assuré dès que vous le retenez à Paris jusqu’à Châteauroux) et vous arrivez à Châteauroux à 9 heures du soir. Là vous trouvez mon che­val et mon cabriolet avec Maurice, qui vous amène à Nohant à 2 h 1/2 - 3 heures tout au plus.

(G. Sand)

2. La progression à thèmes dérivés

Thème général ↓

Thème dérivé 1 ---------------- ►----- Propos 1

Thème dérivé 2 ---------------- ►----- Propos 2

Thème dérivé 3 ---------------- ►----- Propos 3

Thème dérivé 4 ---------------- ►----- Propos 4

Exemple:

D’où vient l’usage qui consiste à vêtir les nouveau-nés et les très jeunes enfants de bleu si ce sont des garçons et de rose si ce sont des filles ?

Historiquement...

Géographiquement...

Enfin, socialement...

3. La progression linéaire: 

Thème 1 ► (Propos 1) = Thème 2 ► (Propos 2) = Thème 3 ► (Propos 3) = Thème 4 ► (Propos 4)

Exemple:

Remontant à flots de son cœur à ses yeux, des larmes, que sa fierté essayait en vain de retenir, s’étaient amassées sous ses paupières et, en se volatilisant sur la cornée, lui avaient sauvé la vue. La couche de vapeur formée par ses larmes, s’interposant entre le sabre ardent et ses prunelles, avait suffi à annihiler l’action de la chaleur. C’est un effet identique à celui qui se produit, lorsqu’un ouvrier fondeur, après avoir trempé sa main dans l’eau, lui fait impunément traverser un jet de fonte en fusion.

L’émetteur choisit un type de progression en fonction du sujet, des compétences du des­tinataire et du but qu’il poursuit.

 

 

  • Explication et argumentation

Les textes explicatifs sont extrêmement variés. D’une part, certains éléments les appa­rentent au texte descriptif ; parfois leur dérou­lement chronologique les rapproche du texte narratif.

D’autre part, il arrive souvent que la fron­tière entre le texte explicatif et le texte argumentatif soit mince : l’explication peut s’inclure dans une stratégie argumentative. Il arrive aussi que, sous couvert d’explication, l’émetteur ait une visée argumentative plus ou moins explicite. 

 

Pour aller plus loin: 

 

 


Qui est en ligne ?

Nous avons 634 invités et aucun membre en ligne