Le texte argumentatif développe un raisonnement ayant pour objectif de faire admettre à un lecteur la validité d’une thèse ou, inversement, de réfuter une thèse cou­ramment admise. L’auteur d’un texte argumentatif veut influencer la pensée du destinataire en l’amenant à changer de comportement ou de point de vue.

■ L’organisation du texte argumentatif

Le texte argumentatif s’articule générale­ment selon les étapes suivantes :

  • l’expression d’une thèse que l’on veut défendre ou attaquer ;
  • un développement au cours duquel on pré­sente des arguments (des raisons convain­cantes), en faveur de la thèse que l’on défend, et des contre-arguments, ou objections, à la thèse que l’on veut attaquer ;
  • une conclusion qui affirme et renforce la thèse défendue.

■ Convaincre et persuader

Pour amener le destinataire à reconnaître la justesse d’une thèse, on peut :

  • le convaincre, c’est-à-dire faire appel à sa logique et à sa raison (-►Fr. Jacob, p. 242) ;
  • le persuader, c’est-à-dire faire appel à son affectivité et à ses sentiments (-►La Fontaine, p. 254).

Lorsqu’on s’adresse à un public vaste, on utilise plutôt des arguments qui relèvent de la raison ; lorsqu’on s’adresse à un individu par­ticulier, qu’on connaît bien, on a tendance à faire appel à son affectivité.

■ Croyances et valeurs

Une croyance est une opinion à laquelle l’esprit adhère. On peut croire aux sciences occultes, aux esprits, à de nombreuses formes de superstition, aux extraterrestres...

Une valeur correspond à ce qui est consi­déré comme vrai, beau, bien, selon un juge­ment personnel, plus ou moins en accord avec celui de la société de son époque. Il existe des valeurs morales, sociales, intellectuelles, esthétiques qui servent de référence à nos jugements, à notre conduite.

La liberté, la générosité, l’honneur, le cou­rage, la responsabilité, la tolérance (^Voltaire, p. 244), la fidélité, le respect, l’honnêteté, sont des valeurs morales et sociales.

■ Les procédés d’argumentation

On considère qu’il existe trois procédés principaux d’argumentation.

L’explication argumentative consiste à expliquer quelque chose à un destinataire avec l’intention de l’influencer (-+G. Sand et Cl. Duneton, p. 227 et 230). Elle utilise les pro­cédés de l’explication : la définition, l’illustra­tion, le recours à l’exemple, la description.

La démonstration consiste à justifier une thèse posée comme vraie en ayant recours à des raisonnements explicites (^Fr. Jacob, p. 242). Elle utilise un vocabulaire précis et univoque (non connoté), des liens explicites entre les phrases, un mode de raisonnement par déduc­tion qui marque nettement les rapports logiques (cause, but, comparaison, etc.).

La réfutation consiste à détruire une opi­nion adverse pour mieux défendre sa propre thèse (^Voltaire, p. 244). Elle utilise princi­palement les antithèses, l’opposition de champs lexicaux, les figures d’opposition et de concession.

■ Les techniques de réfutation

La réfutation met en jeu un certain nombre de stratégies :

  • déclarer la thèse adverse dépassée ;
  • opposer une exception à la thèse adverse ;
  • mettre en évidence les contradictions adverses ;
  • retourner un argument contre la personne qui s’en est servie ;
  • concéder sur un point accessoire pour mieux en tirer avantage ;
  • élaborer des hypothèses pour mieux réfuter les conclusions qui en découlent (raisonne­ment par l’absurde) ;
  • recourir à l’emphase, aux procédés d’insis­tance et de renforcement ;
  • disqualifier la thèse adverse par l’ironie, etc.


■ Le point de vue de l’émetteur

  • Les modes de désignation

L’émetteur donne une certaine image de lui-même et de ses rapports avec son destina­taire (complicité, distance, opposition) par la manière dont il se désigne et par le choix des pronoms qu’il emploie {nous, vous, on, il/elle).

  • La distance et l’engagement

L’émetteur peut chercher à satisfaire un besoin d’explication du destinataire, en vue de le convaincre, ou chercher à l’influencer dans ses croyances et ses valeurs.

Selon le type d’argumentation, il peut avoir plusieurs attitudes :

  • dans une démonstration scientifique, il prend une nette distance vis-à-vis de son sujet ;
  • dans une explication argumentative, cette distance est plus ou moins grande ;
  • dans une réfutation, il s’engage nettement.

S’il met beaucoup de passion dans son argumentation et emploie des arguments d’ordre affectif, son texte devient polémique.

  • Le vocabulaire, les marques grammaticales

L’émetteur peut employer un ton didac­tique (explication), neutre et distant (démons­tration), ironique, moqueur, sarcastique, hautain (réfutation).

Le vocabulaire (dénoté ou connoté), la ponctuation, les types et formes de phrases (plutôt neutres ou plutôt expressives), les marques de modalité (jugement ou probabi­lité) définissent le degré d’engagement et le ton de l’émetteur.

■ Le destinataire du texte argumentatif

Le destinataire doit découvrir les enjeux du texte argumentatif (quelles croyances, quelles valeurs il vise) et sa portée.

Pour évaluer le bien-fondé de l’argumen­tation, il la confronte avec sa propre thèse de manière à nuancer, renforcer ou réviser celle- ci. Il la compare aussi avec d’autres thèses qui peuvent être soutenues sur le même sujet.

■ L’argumentation dans les textes littéraires

Un texte littéraire ne peut se réduire à son contenu argumentatif. Un poème, un roman, une pièce de théâtre s’analysent selon des pro­cédés particuliers et propres au genre auquel ils appartiennent.

Cependant, l’argumentation occupe une part importante dans de nombreux textes lit­téraires. Elle peut être le moteur de l’intrigue elle-même ( -►Anouilh, Antigone) ; elle peut caractériser les personnages (J. Rouaud) ; elle peut impliquer l’auteur, les per­sonnages et le lecteur (La Fontaine).

Les valeurs véhiculées par le texte sont exprimées par le narrateur ou par les person­nages.

■ Filmographie

Quelques films dans lesquels l’argumentation joue un rôle important

  • Franck Capra, L’Extravagant M. Deeds, États-Unis, 1936.
  • Constantin Costa-Gavras, Z, France, 1969; Music Box, États-Unis, 1989.
  • Henri Decoin, Les Inconnus dans la maison, France, 1942.
  • Sacha Guitry, La Poison, France, 1951.
  • Alfred Hitchcock, Le Procès Paradine, États-Unis, 1948.
  • Stanley Kubrick, Les Sentiers de la gloire, États-Unis, 1957.
  • Joseph Losey, Pour l’exemple,États-Unis, 1964.
  • Sydney Lu met, Douze hommes en colère, États-Unis, 1957.
  • Otto Preminger, Autopsie d'un meurtre, États-Unis, 1959.
  • Bertrand Tavernier, Le Juge et l’Assassin, France, 1975.

Continuer vers l'étude de l'argumentation : 

Les genres de l'argumentation

La situation d'argumentation

Le texte argumentatif : définition et caractéristiques

La thèse, les arguments et les exemples

Les types d'arguments : exemples et exercices

Les connecteurs logiques: exemples et exercices

Le paragraphe argumentatif par l'exemple

Analyser un texte argumentatif : méthode, exemples et exercices

Étude d'un texte argumentatif : préface de Pierre et Jean de Maupassant

 

Pour aller plus loin: 

 

 


Qui est en ligne ?

Nous avons 129 invités et aucun membre en ligne